L'homme orchestre

L’homme orchestre

Monsieur le Chef d’Orchestre,

La réalisation d’une œuvre passe par la réalisation de l’Homme. L’Homme construit, l’Homme développe, l’Homme innove, l’Homme affronte… Mais quoi qu’il fasse, ses réalisations sont à son image. Ses succès, la qualité de l’évolution de son œuvre mais aussi les anicroches de son œuvre lui ressemblent.

Pourtant, tôt ou tard, l’œuvre touche ses limites. Elle révèle par ses fractures, ses soubresauts parfois douloureux, les traits inaboutis de son compositeur.

Et si la question était : Comment faire franchir à son œuvre les limites que nous n’avons pas franchies en tant qu’Homme ? Comment dépasser l’œuvre écrite ? Comment réécrire ?

Si Ludwig Van Beethoven revenait à la vie mais sans être sourd, réécrirait-il la 9e symphonie ? Sinon, que ferait-il alors de sa dixième symphonie dont il n’avait fait qu’une ébauche avant de mourir ?

Concrètement, l’entreprise ne réussit pas tout ce qu’elle entreprend. Chaque chemin pris, mais qui aboutit à une impasse, pose alors des questions. Des questions à ses acteurs mais surtout à ses auteurs. Des questions qui souvent dérangent et auxquelles on ne trouve pas de réponse. Pourquoi ? Parce que si les réponses étaient connues, l’issue du nouveau chemin n’aurait pas été une impasse…

« Après 20 ans de recherche, j’affirme aujourd’hui connaître les explications des impasses qui s’imposent à nos désirs mais aussi et surtout les règles qui permettent d’arpenter des chemins sans limites ».

S.Deloison. Compositeur du « Possible »

Présentation synthétique de la Théorie du Fleuve®

et du Modèle Universel®

 

 

 Théorie du fleuve

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’esprit de la Théorie du Fleuve®

Pourquoi parle-t-on de « Théorie du Fleuve » ?

La Théorie du Fleuve est l’enfant des siècles passés. L’enfant de la philosophie, de la psychologie, de la science et probablement de l’Amour. C’est aussi l’enfant de la haine, de l’horreur des massacres guerriers, l’enfant de l’injustice du mal gratuit, de la maladie et du mensonge. Mais c’est avant tout l’enfant d’une humanité en difficulté tant sur le plan humain que sur celui de son monde, sa planète.

La Théorie du Fleuve® est née d’un constat simple. Rien ne se décrète. (au-delà des Lois du monde)

Les Lois qui ont véritablement décrété l’environnement qui est le nôtre, l’ont été avant même que nous soyons homo sapiens. Nous n’avons fait que mettre des mots et des interprétations sur ces Lois qui nous ont précédés. Les siècles ont passé, les mots et les interprétations ont maintes et maintes fois changé mais les Lois, elles, sont restées les mêmes : fidèles, fiables, pérennes et évidentes. Plus nous cherchions à traduire ces Lois et parfois même à se les approprier, plus nous nous éloignions de leur réalité, plus, en réalité, nous les ignorions. Jusqu’où allons nous pousser l’ignorance ? Allons-nous nous ignorer au point de nous nier nous mêmes ? Allons-nous continuer de créer des illusions rassurantes mais qui, en poursuivant leur ignorance de la réalité, nous invitent à nous perdre davantage, nous invitent à passer à côté de nous-mêmes ? Mais parmi ces forces, l’Illusion en possède une que l’humain apprécie tout particulièrement, la facilité… Pourquoi collecter encore l’eau de pluie lorsque l’on peut ouvrir un robinet ?

Face à ces contrefaçons du monde, nous avons construit des bateaux (Entreprises). De grands navires capables de fendre les eaux du monde et celles des plus grands fleuves. Nous avons formé des équipages performants et les avons poussés à expérimenter, à suivre le fleuve. Nous avons aussi conçu des machines puissantes et dont l’objet est aussi varié qu’il peut être inutile. S’il en était autrement, le monde n’en serait pas où il en est. Mais ces navires, si puissants et si beaux soient-ils ne font que suivre le courant d’un fleuve dont nous n’avons pas su capter les caractéristiques : sa direction, son débit, son but, ses Lois et ses règles, sa nature profonde (La dernière crise en cours en témoigne encore). Nous avons souhaité les maîtriser, les influencer et recréer de nouvelles lois au-delà des Lois. Nous avons voulu décréter ce qui l’était déjà et résister aux Lois imposées comme des marginaux inconscients du risque qu’ils encourent. Nous n’avons pas su accueillir le monde qui nous est offert ni accueillir l’Homme tel qu’il est. Pire nous nous résistons les uns les autres créant ainsi des guerres finalement toujours fratricides puisque entre humains. Et si nous passions au troisième millénaire dans la pleine conscience de ces lois ?

« La Théorie du Fleuve, c’est la fin de ce qui ne peut se décréter chez l’humain et dans son monde et la totale prise de responsabilité de son pouvoir comme de la nullité et de sa puissance et même de son immense impuissance. C’est la maîtrise des « forces » volontaires et involontaires par l’acceptation pleine et entière (responsable et adulte) de la réalité ».

pour en savoir plus, contactez nous !